Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

La reconstruction mammaire après mastectomie par injection de graisse

La reconstruction mammaire par injection de graisse est une intervention relativement nouvelle dans la lutte contre le cancer du sein, plébiscitée pour ses résultats naturels et son caractère peu abrasif.

De fait, aujourd’hui seuls 30% des femmes se font reconstruire après une mastectomie et, s’il y a différentes raisons à cela, la crainte d’une nouvelle opération lourde est souvent évoquée.

Si, dans certains cas, la pose d’une prothèse mammaire reste inévitable pour rendre au sein un volume satisfaisant, l’injection de graisse permet d’améliorer significativement le résultat final et peut même suffire à reconstruire entièrement un sein peu volumineux.

 

La reconstruction mammaire par injection de graisse, qu’est-ce que c’est ?

La reconstruction mammaire par injection de graisse, aussi nommée lipofilling, lipostructure ou liposculpture, est une intervention chirurgicale consistant à transférer de la graisse d’une partie du corps de la patiente vers une autre (ici, le sein).

Dans le cadre du cancer du sein, elle survient généralement après une mastectomie, ablation d’une partie ou de la totalité du sein destinée à éliminer les cellules cancéreuses de l’organisme.

Actuellement, la mastectomie est un traitement de première ligne contre le cancer du sein, car, bien que physiquement et psychologiquement très lourde pour la patiente, elle permet généralement d’améliorer significativement son pronostic, voire d’obtenir une guérison complète.

Afin de réduire les séquelles engendrées par la mastectomie, la reconstruction mammaire, quand elle est réalisable, est systématiquement proposée à toutes les patientes ayant subi une ablation totale ou partielle du sein.

Il existe une grande variété de techniques de reconstruction mammaire permettant aux femmes de retrouver une poitrine symétrique et naturelle à la suite d’une mastectomie.

Seule, l’injection de graisse est privilégiée en cas de tumorectomie (mastectomie conservatrice), lorsque la quantité de tissus ôtés au cours de l’opération est réduite, et que le vide à combler n’est, de fait, pas trop important.

Dans tous les autres cas, elle intervient plus volontiers en complément d’une reconstruction par prothèse ou lambeau, pour retoucher et améliorer le résultat obtenu.

Considérée comme particulièrement moderne, la reconstruction mammaire par injection de graisse en est encore à ses débuts dans la prise en charge du cancer du sein.

De fait, il n’a été établi que récemment qu’elle n’augmentait pas les risques de récidive, contrairement à ce qui a longtemps été soutenu.

 

Techniques de reconstruction mammaire par injection de graisse

Pour procéder à une reconstruction mammaire par injection de graisse, il faut tout d’abord que la patiente dispose de réserves de graisse suffisantes, afin d’y effectuer un prélèvement.

Le prélèvement peut intervenir au niveau de n’importe quelle zone du corps (fesses, abdomen, hanche, cuisse, bras, etc.) dans la mesure où la petite cicatrice laissée par le dispositif d’extraction peut être dissimulée dans un pli de la peau ou une zone d’ombre peu visible.

La graisse ainsi prélevée est purifiée (par filtration ou centrifugation) afin d’isoler les cellules adipeuses saines, puis réinjectée dans le sein.

Dans la majorité des cas, plusieurs interventions sont nécessaires, et les patientes doivent être averties que la reconstruction par lipofilling est souvent longue.

En effet, les cellules de graisse greffées dans le sein doivent être au contact de tissus cutanés oxygénés pour survivre et adhérer durablement, ce qui nécessite de les disposer par couches successives, plus ou moins nombreuses en fonction du volume à combler.

Chaque intervention est espacée de 2 à 3 mois en moyenne et permet de greffer une couche de cellule adipeuse.

Par ailleurs, une partie de la graisse injectée a tendance à se résorber naturellement, ce qui peut sembler décourageant, mais fait partie intégrante du processus. Les cellules qui ne se résorbent pas sont considérées comme fixées, et pressenties pour rester en place à vie.

 

Déroulement et soins post-opération d’une reconstruction mammaire par injection de graisse

La reconstruction mammaire par injection de graisse est une intervention chirurgicale qui se déroule sous anesthésie générale. L’intervention dure entre 2h et 3h en moyenne, et la patiente est hospitalisée 24h.

À la suite de l’intervention, les sites de prélèvements peuvent être douloureux, ainsi que, dans une moindre mesure, les seins. Des antalgiques offrent généralement une gestion performante de la douleur.

Les soins postopératoires consistent uniquement en une surveillance des sites de prélèvements et d’injection pour s’assurer de l’absence d’anomalies (rougeurs, gonflements, etc.) laissant suspecter une complication (rare).

Le port de vêtements de contention au niveau des sites de prélèvement est parfois recommandé. L’intervention laisse généralement des œdèmes et hématomes au niveau des sites de prélèvement et des seins, qui doivent disparaître en 10 à 15 jours.

La reconstruction mammaire par injection de graisse est une technique encore récente, mais qui fait peu à peu son bout de chemin en chirurgie oncologique grâce à ses résultats durables et très naturels.

Dans le cadre d’une mastectomie survenant pour lutter contre le cancer du sein, cette opération esthétique est entièrement remboursée par l’Assurance Maladie. Un reste à charge peut cependant demeurer lorsque la patiente fait appel à un praticien non conventionné.

(SOURCE : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0001407919312865 ; https://www.has-sante.fr/jcms/c_1778570/fr/evaluation-de-la-securite-et-des-conditions-de-realisation-de-l-autogreffe-de-tissu-adipeux-dans-la-chirurgie-reconstructrice-reparatrice-et-esthetique-du-sein )