Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

01.46.39.89.89

contact@ishh.fr

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

Docteur et intelligence artificielle

L’Intelligence Artificielle pour détecter le cancer du sein

L’Intelligence Artificielle pour détecter le cancer du sein
5 (100%) 3 vote[s]

Le diagnostic est une étape importante du traitement du cancer du sein qui influence lourdement le pronostic de la patiente.

Pris en charge dès ses prémices, un cancer du sein offre en effet davantage de chances de survie que dans le cas d’une détection tardive.

De fait, la science s’applique depuis longtemps à élaborer des méthodes de dépistage et de diagnostic permettant de mieux identifier et catégoriser les tumeurs mammaires.

 

À l’ère du numérique, il n’est donc pas surprenant de voir l’Intelligence Artificielle (IA) apporter sa pierre à l’édifice, avec des résultats prometteurs !

 

Le Deep Learning pour mieux diagnostiquer le cancer du sein

Arterys, LYNA, ou encore Therapixel… De nouveaux programmes informatiques ont récemment émergé dans l’univers des technologies médicales.

Destinés à révolutionner le dépistage du cancer du sein, ces logiciels se basent sur la technique de l’apprentissage approfondi (Deep Learning) pour apporter leur aide aux professionnels de l’imagerie médicale dans la détection des tumeurs mammaires.

 

Le fonctionnement des algorithmes de ces programmes, dont le plus connu est sans nul doute LYNA, édité par Google, est basé sur la reconnaissance d’images.

Une base de données constituée de milliers d’images médicales est soumise au logiciel qui apprend à reconnaître différents types de métastases.

L’IA fonde ainsi son diagnostic sur une analyse empirique quantitative et strictement objective, quand les médecins ne peuvent prendre connaissance de toutes les images existantes et doivent s’appuyer sur une part d’interprétation.

Depuis les débuts de l’IA, les chercheurs ont largement amélioré les algorithmes qui sont désormais capables de décrire les tumeurs observées et de détecter des formes de cancers plus variées.

Les logiciels ont en effet besoin de nourrir constamment leur base de données pour parvenir à distinguer une plus grande diversité de tissus et à se montrer plus efficients dans leurs prédictions.

Ces améliorations permettent désormais à l’IA de dépister les cancers avec une précision redoutable, le tout sans être affecté par les éléments pouvant brouiller la lecture des experts médicaux (bulles d’air, hémorragie, surdosage, etc.).

 Intelligence artificielle

 

L’IA va-t-elle remplacer les médecins dans le dépistage du cancer du sein ?

Aujourd’hui, l’objectif de l’IA n’est pas de remplacer les professionnels de santé, mais de leur apporter une aide convaincante dans la détection de cancers du sein, notamment en phase précoce.

Une étude réalisée dans deux centres de cancérologie de Boston a en effet démontré que le parcours de soin classique échouait dans 1 cas sur 4 à dépister un cancer métastatique chez les patientes, affectant de fait leurs chances de guérison.

(SOURCE : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2686776/ )

 

Comme dans bien des domaines, l’IA vise donc, dans un premier temps, à pallier les erreurs humaines survenant dans le cadre de la détection des cancers.

En effet, l’IA a l’avantage de n’être soumise à aucune contrainte pouvant être à l’origine d’erreurs médicales.

Tandis que l’équipe médicale peut manquer de temps, de moyens, ou simplement de rigueur, l’algorithme du logiciel de détection de cancer fonctionne indépendamment de son environnement.

De plus, l’analyse d’une image médicale par l’IA s’effectue en moins d’une seconde, ce qui représente un gain de temps considérable pour les professionnels de santé.

Et avec des résultats à hauteur de 99.3% de cancers détectés pour le logiciel LYNA, l’Intelligence Artificielle dépasse de loin les performances des experts médicaux qui ne parviennent à identifier les petites métastases que dans 62.8% des cas.

En définitive, le rôle médical de l’IA devrait se jouer sur deux plans décisifs dans le processus de dépistage du cancer de sein : le gain de temps et la réduction du risque d’erreurs humaines aux conséquences potentiellement dramatiques.

(SOURCE : https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2665774)

 

 

À quand l’utilisation des IA dans la détection du cancer du sein ?

Malgré leurs résultats prometteurs, les algorithmes des IA sont encore largement perfectibles et doivent faire leurs preuves avant d’être communément utilisés.

Le logiciel LYNA de Google présente notamment encore quelques difficultés dans la détection des cancers germinaux, cellules géantes et histiocytes, quoique son taux de réussite demeure comparable à celui d’un expert bien humain.

Le géant de l’informatique entend également étudier de plus près l’impact de LYNA sur la précision du diagnostic et l’établissement du protocole de traitement adapté.

Pour l’heure, les logiciels ne semblent pas disposer de suffisamment de données pour s’avérer infaillibles.

Leurs bases de données méritent encore d’être longuement nourries et leur efficacité minutieusement éprouvée avant qu’on ne leur confie la tâche délicate de dépister le cancer du sein.

Les premiers résultats sont cependant encourageants et laissent présager un futur optimiste pour la lutte contre le cancer !

https://youtu.be/XNBNdYND560