Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

01.46.39.89.89

contact@ishh.fr

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

 

La médecine nucléaire dans le diagnostic du cancer du sein

ISHH  >  Departments  >  La médecine nucléaire dans le diagnostic du cancer du sein

La médecine nucléaire dans le diagnostic du cancer du sein

 

Médecine nucléaire

La médecine nucléaire permet de compléter les premiers examens réalisés dans le cadre du diagnostic du cancer du sein, en apportant des informations complémentaires précises sur l’activité métabolique d’une lésion.

La médecine nucléaire étudie l’activité métabolique du corps afin de repérer tout fonctionnement métabolique suspect. Le recours à la médecine nucléaire peut être demandé par votre médecin afin de localiser précisément une hyperactivité anormale,  rechercher une localisation secondaire (métastase) ou s’assurer de l’absence de récidive d’un cancer du sein. Les techniques utilisées sont différentes de celles pratiquées en radiologie, qui sont basées, quant à elles, sur un système de comparaison anatomique de dimensions (par rapport à d’anciens clichés ou des valeurs de référence).

 

Dans le cadre du dépistage du cancer du sein, trois examens peuvent être prescrits :

  • la technique du ganglion sentinelle,
  • la scintigraphie osseuse,
  • la TEP SCAN.

Pour ces trois examens, une injection d’un produit “traceur” radioactif est effectuée, suivie d’une période d’attente (variable selon l’examen) avant la réalisation des clichés. Cette attente est nécessaire pour garantir l’obtention d’images de qualité.

 

La technique du ganglion sentinelle

 

Indication et intérêt :

Dans le cadre du diagnostic du cancer du sein, cet examen vise à localiser précisément les premiers ganglions lymphatiques atteints de l’aisselle. Il ne permet cependant pas de dire si les ganglions sont atteints ou non.

Les résultats de cet examen permettront de guider le chirurgien lors de l’ablation de la tumeur mammaire, assurant ainsi une chirurgie plus adaptée et mieux localisée.

Cet examen est réalisé la veille ou le jour même de l’intervention chirurgicale.

 

Préparation :

Lors de la prise de rendez-vous, vous disposerez d’une ordonnance pour l’achat d’une crème anesthésiante EMLA que l’on vous demandera d’appliquer sur le sein une heure avant l’examen.

Il n’est pas nécessaire d’être à jeun, ou d’interrompre votre traitement médical.

Il vous sera demandé d’apporter vos précédents clichés (mammographie, échographie mammaire, IRM, etc.).

 

Déroulement de l’examen :

L’examen se déroule en 3 parties :

  • Après avoir retiré la crème anesthésiante locale, le médecin procède à l’injection dans le sein du produit radioactif, grâce à une fine aiguille sous-cutanée. Le produit agit comme un traceur en se diffusant jusqu’aux ganglions sentinelles en suivant les canaux lymphatiques. Un colorant bleu peut y être adjoint.
  • Après l’injection, un temps d’attente (minimum 45 minutes) est nécessaire avant de réaliser les images. Lors d’une hospitalisation, vous serez invité à regagner votre chambre pendant ce laps de temps.
  • La troisième phase consiste à réaliser une série de clichés en position allongée, immobile, sur le dos (environ 20 minutes).

 

La scintigraphie osseuse

 

Indication et intérêt :

La scintigraphie osseuse est prescrite en cas de recherche de localisation secondaire (métastase) sur le tissu osseux, qui pourrait également affecter des organes adjacents.

Cet examen peut être prescrit au début de votre prise en charge thérapeutique, afin de s’assurer de l’absence d’extension de la maladie mammaire.

 

Préparation :

Il n’est pas nécessaire d’être à jeun pour réaliser cet examen.

Vous pouvez également suivre normalement votre traitement habituel.

Il est recommandé de boire beaucoup d’eau après l’injection pour faciliter l’élimination du produit radioactif.

N’hésitez pas à prévenir l’équipe médicale en cas d’allaitement : des précautions seront alors à mettre en place.

 

Déroulement de l’examen :

La scintigraphie osseuse s’étend sur une durée totale de 3 h 30 à 4 h, divisée en 4 étapes :

  • une injection du produit traceur dans une veine,
  • un délai d’attente (au moins 2 h 30) durant lequel vous êtes autorisés à sortir du service, et pendant lequel il vous sera conseillé de boire en grande quantité pour faciliter l’élimination du produit non fixé sur le tissu osseux,
  • la réalisation des clichés de votre squelette en totalité (environ 20 minutes) est ensuite pratiquée, en position immobile allongée sur le dos. Des images supplémentaires peuvent être envisagées (en coupes).
  • la transmission des résultats par le médecin.

 

La tomographie par émission de positons TEP SCAN

 

Indication et intérêt :

Cet examen, encore appelé TEP-TDM ou Petscan, permet de localiser de manière très précise d’éventuelles lésions suspectes dans le corps entier, excepté le cerveau. Il est généralement demandé dans le cadre d’un bilan d’extension initial , dans les bilans de récidive ou en cas d’élévation des marqueurs tumoraux dans le cadre d’un bilan d’extension d’un cancer du sein. Il permet aussi de s’assurer de l’absence de récidive de cancer.

 

Préparation :

Cet examen nécessite d’être à jeun de 6 heures.

Vous devez éviter toute activité physique importante la veille et le jour de l’examen.

Pensez à apporter une bouteille d’eau le jour de l’examen : il est recommandé de boire beaucoup d’eau afin de faciliter l’élimination du produit injecté.

Si vous suivez un traitement médical, il n’est pas nécessaire de l’interrompre.

En cas de grossesse, de retard de règles ou d’allaitement, il est nécessaire de prévenir l’équipe médicale qui vont guideront quant aux précautions nécessaires.

En cas de diabète, des recommandations vous seront fournies pour le suivi de votre traitement. Ces recommandations figurent aussi sur votre convocation.

 

Déroulement de l’examen :

La TEP SCAN est réalisée en 3 étapes :

  • une injection du traceur au glucose marqué au Fluor 18 (après contrôle de la glycémie par prélèvement d’une goutte de sang au bout du doigt) dans une veine du bras,
  • un délai d’attente au repos complet (environ 1 h), nécessaire à la bonne diffusion du produit injecté tout en optimisant les futures images réalisées en laissant vos muscles au repos,
  • la réalisation des clichés (environ 30 minutes) en position allongée et immobile.

 

Bon à savoir :

Lors de ces examens, les produits radioactifs injectés sont présents en très faible quantité. Il n’existe donc pas d’effet indésirable pour votre organisme. En cas de doute, n’hésitez pas à contacter l’équipe médicale.

Les médecins du département chirurgie plastique et reconstructrice

Jean Emmanuel Filmont medecine nucleaire

Jean-Emmanuel Filmont

Médecin nucléaire

Martine Thomassin médecine nucléaire

Martine Thomassin

Médecin nucléaire