Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

01.46.39.89.89

contact@ishh.fr

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

Un nouveau test pour prévenir la récidive du cancer du sein

Un nouveau test pour prévenir la récidive du cancer du sein
5 (100%) 1 vote[s]

Cancer le plus répandu chez la femme, le cancer du sein est aujourd’hui traité avec de plus en plus de succès malgré un taux de mortalité toujours significatif.

Si le traitement chirurgical est généralement incontournable, la chimiothérapie peut, elle, être évitée plus souvent qu’on ne le pense, notamment lorsque les risques de récidive sont faibles.

Le test Oncotype DX joue un rôle primordial dans la prédiction de potentielles récidives et la mise en place d’un traitement préventif adapté.

Qu’est-ce que le test Oncotype DX ?

Créé par Genomic Health Inc., l’Oncotype DX est un test de diagnostic destiné à évaluer le risque de récidive d’un cancer du sein à 10 ans et le bénéfice d’un traitement par chimiothérapie.

Le test Oncotype DX porte sur l’analyse de 21 gènes et donne lieu à un Recurrence Score allant de 0 à 100.

Le score ainsi obtenu permet d’éclairer les décisions du corps médical, et plus particulièrement d’affiner et de personnaliser le protocole de traitement à mettre en œuvre.

(SOURCE : https://www.genomichealth.com/fr-FR/produits_oncotype_iq/oncotype_dx )

Conçu pour éclairer le choix des médecins dans le traitement à mettre en œuvre, le test Oncotype DX permet notamment d’éviter certaines chimiothérapies adjuvantes à portée préventive.

En effet, bon nombre de patientes atteintes de cancers du sein se voient prescrire un traitement par chimiothérapie après avoir subi une mastectomie dans l’optique d’amoindrir le risque de récidive.

Dans 30% des cas, celui-ci se révèle pourtant tout à fait inutile et vient seulement accabler un peu plus la patiente sur la voie de la guérison.

Pour permettre aux professionnels de santé de juger de l’intérêt d’un traitement par chimiothérapie, l’Oncotype DX s’avère être un précieux outil d’aide à la décision.
Cancer du sein test oncotypedx

Comment fonctionne le test Oncotype DX ?

Le test est effectué sur des cellules cancéreuses extraites du corps de la patiente par biopsie ou au cours de l’ablation de la tumeur.

Ce sont ensuite les gènes de ces cellules – et non ceux de la patiente – qui sont analysées pour prédire l’évolution de la maladie.

Des études de fiabilité, dont le significatif essai TailorX publié dans le New England Journal of Medicine, ont pu démontrer que l’Oncotype DX ne se trompait pas : lorsque le test indique que la chimiothérapie n’est pas nécessaire, il est bel et bien possible de se passer de ce traitement sans accroître les risques de récidive.

(SOURCE : https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1510764 )

 

Le Recurrence Score pour mesurer les risques de récidive du cancer du sein

Le test Oncotype DX donne lieu à un Recurrence Score (score de récidive) dont les résultats expriment à la fois le risque de récidive du cancer à 10 ans, mais également la sensibilité des cellules cancéreuses à la chimiothérapie.

Ainsi, plus le score est faible, moins les cellules cancéreuses sont agressives et plus elles sont susceptibles de répondre positivement au traitement par chimiothérapie.

Un des attraits principaux de l’Oncotype DX est de fournir à l’équipe médicale des résultats personnalisés, propres à chaque patiente et à sa maladie.

Le cancer du sein demeure en effet une pathologie hétérogène, dont l’évolution varie en fonction de nombreux critères (âge, antécédent, etc.).

Les multiples visages du cancer impliquent de multiples scénarios d’évolution, ce qui contribue à en faire une maladie complexe à soigner et à étudier.

 

Cancer du sein : privilégier l’hormonothérapie à la chimiothérapie

Dans l’esprit commun, la chimiothérapie est un traitement indissociable du cancer, dont les effets secondaires sont notoires.

Si ce traitement demeure efficace et contribue à faire baisser le taux de mortalité dû au cancer, il reste très lourd et difficile à supporter pour la patiente.

Créée pour détruire les cellules cancéreuses, la chimiothérapie ne les distingue en effet pas des cellules saines.

Le traitement s’attaque donc à l’organisme tout en entier, provoquant de nombreux troubles pouvant avoir des effets à long terme sur la santé de la patiente.

L’hormonothérapie est un traitement efficace sur les cancers hormonosensibles, dont la croissance est stimulée par les hormones sexuelles.

Ce traitement vient bloquer le récepteur hormonal des cellules cancéreuses pour les empêcher de se multiplier.

Les effets secondaires de l’hormonothérapie sont bien plus légers que ceux de la chimiothérapie et entièrement réversibles à a fin du traitement.

À l’aide du test Oncotype DX, l’équipe médicale peut mettre en place le traitement le plus adapté au cas de la patiente et éviter les chimiothérapies inutiles au profit d’un traitement par hormonothérapie.

L’étude TailorX a permis de démontrer que l’hormonothérapie et la chimiothérapie avaient une efficacité similaire sur les patientes présentant un RS faible.

Grâce au test Oncotype DX, les protocoles de traitement sont davantage personnalisés, ce qui permet notamment d’exclure la chimiothérapie adjuvante dans près de 30% des cas.

Une bonne nouvelle pour bien des patientes qui pourront désormais éviter un traitement trop lourd au profit de soins plus légers et tout aussi efficaces !