Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

01.46.39.89.89

contact@ishh.fr

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

 

Radiologie, Scanner et IRM

ISHH  >  Departments  >  Radiologie, Scanner et IRM

Radiologie, Scanner et IRM & Diagnostic du cancer du sein

 

Radiologie, Scanner et IRM

Généralités sur l’imagerie médicale

L’imagerie médicale regroupe différentes techniques permettant d’observer l’intérieur du corps humain.

Il existe de multiples méthodes d’acquisition et de restitution d’images médicales, adaptées à l’observation de diverses maladies et permettant de réaliser différents objectifs.

Dans le cadre du cancer du sein, les techniques d’imagerie médicale les plus employées sont la radiologie, le scanner et L’IRM.

 

La radiologie : objectifs et avantages

La radiologie est une spécialité médicale regroupant un ensemble de techniques d’imagerie utilisant les rayons X.

Les rayons traversent le corps humain en étant plus ou moins absorbés par les tissus en fonction de la densité de ceux-ci.

Les images recueillies par ce biais sont imprimées sur un film photographique ou, grâce aux nouvelles technologies, directement numérisées.

 

La radiologie est particulièrement adaptée à l’observation des tissus durs, ainsi que des structures pleines, des os et des dents.

C’est une technique couramment utilisée pour observer les os et le squelette, et notamment pour déceler les fractures en cas de traumatisme.

Elle est également utilisée pour rechercher des tumeurs mammaires et pulmonaires.

 

La technique adaptée à l’observation du cancer du sein est la mammographie, qui nécessite un matériel spécifique.

Le sein doit en effet être compressé pour offrir un meilleur contraste et permettre la détection de petites anomalies.

La mammographie est un examen faisant partie intégrante de suivi, de la surveillance et du dépistage du cancer du sein.

 

Le scanner : objectifs et avantages

Plus récente que la radiologie, la technique du scanner repose également sur l’utilisation de rayons X pour observer les tissus du corps humain.

Contrairement à la radiologie, le scanner permet d’obtenir une image en coupe et en trois dimensions de la zone observée.

Très utilisé en cancérologie, le scanner permet de visualiser toute modification morphologique située au niveau des organes.

 

Cette technique est notamment indiquée pour observer l’évolution de certains volumes et structures du corps.

Elle peut, entre autres, permettre de surveiller les tumeurs et d’évaluer leur réponse à un traitement par chimiothérapie.

Le scanner peut aussi être utilisé pour mieux préparer une intervention chirurgicale en donnant au chirurgien la possibilité de visualiser la région sur laquelle il va intervenir.

 

L’IRM : objectifs et avantages

L’Imagerie par Résonance Magnétique fonctionne à l’aide d’ondes magnétiques qui entraînent la vibration des atomes d’oxygène composant en partie les organes du corps humain.

Ces vibrations sont captées par l’IRM et transformées en images interprétables par l’équipe médicale.

Les images ainsi recueillies sont représentées sous forme de coupe et assemblées par ordinateur pour donner un résultat de très bonne résolution.

 

L’IRM est particulièrement efficace pour observer les tissus mous, et notamment le cerveau, la moelle épinière ou les tendons.

Elle peut être prescrite en complément d’une mammographie dans le cadre du dépistage ou du suivi d’une lésion cancéreuse.

L’image obtenue peut alors permettre d’obtenir davantage d’informations sur la tumeur et de caractériser le cancer.

 

Très précise, l’IRM est sans danger (contrairement aux rayons X des scanners et radios), mais n’est en revanche pas systématiquement proposée dans le cadre du dépistage du cancer du sein.

Cette technique est en effet capable de détecter de nombreuses anomalies, dont les non-cancéreuses, ce qui donne fréquemment lieu à des faux positifs.

 

L’imagerie médicale dans le diagnostic du cancer du sein

Lorsqu’un cancer du sein est suspecté, ou dans le cadre d’un processus de dépistage de cette maladie, une radiographie mammaire, mammographie, est généralement prescrite.

Elle suffit, dans la plupart des cas, à affirmer la présence du cancer, et peut être associée à une échographie des ganglions lymphatiques.

Dans certains cas, les examens peuvent être complétés par un scanner ou une IRM qui viendront affiner le diagnostic ou guider des interventions complémentaires (biopsie ou chirurgie reconstructrice du sein).

 

Les examens en suivi post-cancer du sein

Lorsqu’un cancer du sein a été diagnostiqué et traité, l’imagerie médicale fait partie intégrante du suivi médical visant à surveiller l’évolution de la maladie.

Elle permet notamment de détecter les récidives qui peuvent se développer à bas bruit après un premier traitement ayant entraîné une rémission.

Le suivi post-cancer par imagerie médicale n’a pas pour seul but de contrôler les récidives, mais vise également à surveiller les éventuels effets secondaires consécutifs au traitement par chimiothérapie ou radiothérapie.

 

La fréquence du suivi par mammographie se décide en fonction de chaque patiente, selon les risques de rechute estimés et les répercussions du traitement.

En général, une mammographie est effectuée 6 et 12 mois après la fin du traitement, puis répétée chaque année.

Si la tumeur est difficile à observer, une IRM ou un scanner peuvent venir compléter les examens.

Une radiographie du thorax annuelle est également recommandée pour surveiller les effets à long terme du traitement.

Les médecins du département d’imagerie médicale

Jean Guigui radiologue

Jean Guigui

Radiologue

Luc Rotenberg radiologue

Luc Rotenberg

Radiologue

Robert Lavayssiere radiologue

Robert Lavayssière

Radiologue

Gregory Lenczner Radiologue

Grégory Lenczner

Radiologue