Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

01.46.39.89.89

contact@ishh.fr

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

Ganglion sentinelle

On me propose une intervention de type « ganglion sentinelle »

De quoi s'agit-il ?

  • Le but de la technique du ganglion sentinelle est de ne retirer que le ou les premier(s) ganglion(s) de l’aisselle drainant le sein concerné afin de savoir s’ils sont atteints.
    Leur analyse au microscope permettra de préciser le risque de dissémination de la tumeur et conditionnera la suite des traitements.
  • Cette technique permet ainsi d’éviter le prélèvement systématique de la totalité des ganglions de l’aisselle (appelé curage axillaire) et ses éventuelles complications : hospitalisation plus longue, séquelles douloureuses, lymphœdème du bras, cc gros bras»…

Pourquoi me propose-t-on cette intervention ?

Le chirurgien propose cette intervention aux patientes qui présentent un cancer du sein de taille modérée à moyenne avec un risque faible d’atteinte des ganglions.

En quoi l'opération consiste-t-elle ?

  • Avant l’intervention, on va injecter autour de la tumeur un produit (colorant, radioactif ou les deux) qui va migrer et se concentrer sur le ou les ganglion(s) sentinelle(s) qui drain(ent) spécifiquement la tumeur.
  • Lors de l’intervention, on ne retire que ces ganglions pour les analyser immédiatement. On ne retirera le reste des ganglions que si l’analyse révèle que le ou les sentinelle(s) sont cancéreux. En cas de positivité, un curage axillaire sera alors réalisé dans le même temps opératoire.
  • Dans de rares cas, l’analyse n’est pas possible ou ne permet pas de déterminer l’état de votre ganglion et des examens plus longs sont alors nécessaires.
  • La sortie est en général prévue 24 à 48 h après l’intervention, s’il n’a pas été procédé au curage axillaire.
  • La cicatrice se situe dans l’aisselle. Contrairement au curage axillaire, la rééducation est inutile.

Comment les injections vont-elles se dérouler ?

Méthode isotopique (le produit radioactif)

  • La veille de l’opération, le chirurgien procède aux injections (4 à 6) dans votre sein, autour de la lésion. L’aiguille est fine, la quantité du produit radioactif est minime (pas de danger ni pour vous ni pour vos proches), les injections sont indolores et n’entraînent pas d’effet secondaire.
  • Prévoyez d’être disponible environ 3 heures. Vous serez libre de circuler, de lire et même de sortir du service entre les injections. Vous n’avez pas besoin d’être à jeun.
  • On réalisera des images médicales immédiatement et jusqu’à 2h après les injections. On repère alors les ganglions sentinelles à l’aide d’un détecteur de radioactivité identique à celui qui sera utilisé le lendemain, lors de l’intervention chirurgicale.
  • Vous pourrez reprendre votre activité après l’examen, mais vous serez probablement hospitalisée le soir même à la clinique Hartmann car l’intervention chirurgicale est en général effectuée le lendemain matin.

Cette opération présente-t-elle des risques ou des effets secondaires ?

  • Cette opération a pour objectif de donner au chirurgien comme à la patiente la possibilité d’éviter un curage axillaire systématique. Mais il arrive que le diagnostic du chirurgien l’amène à procéder à ce curage, notamment si le ganglion n’est pas identifiable (5% des cas) ou si le ganglion est atteint en cours d’opération (car d’autres ganglions peuvent être atteints).
  • Il peut arriver dans de très rares cas que l’analyse du ganglion en cours d’opération soit négative mais que l’analyse définitive retrouve une atteinte de ce ganglion. Il faudra alors effectuer un curage secondaire.
  • Les risques d’allergie des différents produits sont exceptionnels, mais une coloration passagère des urines (pendant 24h) et de la peau (pendant quelques mois) peut apparaître.
  • Il peut parfois se former une poche de liquide appelée lymphocèle sous la cicatrice de l’aisselle. On peut alors effectuer, en consultation, une ponction indolore.
  • Comme après toute opération, des complications locales sont possibles telles qu’une infection de la cicatrice, un hématome ou un problème de cicatrisation.

Actualités et Informations

Les praticiens de l’ISHH publient régulièrement des actualités et informations relatives aux traitements du cancer du sein. Découvrez leurs dernières publications

16 septembre 2019

Le cancer du sein chez l’homme

Cancer le plus fréquent chez la femme, le cancer du sein reste rare chez l’homme et représente moins de 1 % des cancers masculi

par ISHH