Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

Anatomie et pathologies du sein

Anatomie et pathologies du sein

Chez la femme, le sein est un organe destiné à produire du lait pour nourrir l’enfant, qui se développe à la puberté sous l’influence des hormones.

Chez l’homme, le sein est un reliquat d’organe mammaire, semblable au sein féminin prépubère, qui présente une morphologie relativement similaire à celle des femmes, mais dans une dimension toutefois atrophiée.

Aussi, l’homme peut être sujet à certaines pathologies du sein comme la femme – notamment au cancer – bien que cela soit moins courant.

 

Anatomie du sein

Structure du sein et tissus avoisinants

Le sein est situé au niveau de la cage thoracique, sur le muscle grand pectoral qui s’étend de la clavicule au sternum, et est lié au creux axillaire.

D’un point de vue médical, les seins sont divisés en quatre zones appelées quadrants définies par des lignes invisibles qui n’ont pas de « frontières » anatomiques, mais permettent de localiser aisément d’éventuelles anomalies. Le schéma des quadrants s’établit en plaçant deux lignes perpendiculaires sur le sein qui s’étendent de haut en bas et de gauche à droite, et se croisent au niveau du mamelon.

Le quadrant situé en haut du côté de l’aisselle est le supéro-externe, celui en haut du côté du sternum est le supéro-interne, le quadrant en bas du côté de l’aisselle est l’inféro-externe et celui en bas du côté du sternum est l’inféro-interne. Les schémas des quadrants sont symétriques, aussi le quadrant supéro-externe, par exemple, se situe en haut à droite pour le sein droit, et en haut à gauche pour le sein gauche.

Si cette délimitation est importante à connaître, c’est notamment parce que le quadrant supéro-externe est le siège de prédilection des cancers du sein, une zone qui est donc particulièrement à surveiller lors des examens cliniques et de l’autopalpation.

À noter que les cancers peuvent se développer à cheval sur plusieurs quadrants, et que les cancers de la région centrale (proche du mamelon) sont les seconds plus répandus après ceux du quadrant supéro-externe.

 

Principaux éléments de la glande mammaire

Le sein, ou glande mammaire, est composé de différents éléments qui possèdent chacun une fonction propre et peuvent être sujets à diverses pathologies.

Le sein est en grande partie composé de tissus adipeux qui n’impactent pas la production de lait, mais influencent hautement le volume du sein. Les alvéoles sont de petits sachets microscopiques produisant le lait maternel et regroupés dans des glandes nommées lobules.

Les canaux galactophores sont destinés à faire circuler le lait depuis les alvéoles vers les mamelons. Le mamelon est composé de tissus musculaires permettant de véhiculer le lait. L’aréole est la zone pigmentée qui entoure le mamelon et contient des glandes aréolaires sécrétant un liquide protecteur pour faciliter la lactation.

Les ligaments de Cooper forment le tissu conjonctif qui entoure et soutient le sein pour lui permettre de garder sa structure. Enfin, le sein comprend un réseau de vaisseaux sanguins permettant sa vascularisation, ainsi que des vaisseaux lymphatiques jouant un rôle essentiel dans la santé de l’organe mammaire.

 

Le système lymphatique du sein

Les vaisseaux lymphatiques du sein permettent de faire circuler la lymphe des tissus mammaires vers les ganglions, afin qu’elle y soit filtrée.

Ce processus est essentiel au bon fonctionnement des organes, car la lymphe se charge des agents infectieux qu’elle croise en cheminant vers les ganglions, où les éléments pathogènes sont éliminés. Les ganglions qui interviennent dans le système lymphatique du sein sont situés dans le creux de l’aisselle (ganglions auxiliaires), au-dessus et sous la clavicule (ganglions sus-claviculaires et sous-claviculaires) et autour du sternum (ganglions mammaires internes).

(SOURCE : https://www.chuv.ch/fr/centredusein/cse-home/patients-et-familles/le-sein-et-ses-maladies/anatomie-du-sein/ )

 

Les principales maladies du sein

Pathologies bénignes du sein

Le sein peut être sujet à de multiples affections bénignes, dont l’étendue et l’aspect varient chez les différentes patientes, et qui dégénèrent rarement en lésions cancéreuses.

Les kystes, lipomes et tumeurs bénignes peuvent provoquer l’apparition de masses plus ou moins importantes, accompagnées ou non de douleurs, qui peuvent inquiéter la patiente, mais sont généralement sans danger.

Parmi les tumeurs bénignes, on trouve notamment des fibroadénomes, papillomes, phyllodes, tumeurs à cellules granuleuses, hémangiome…

Des affections d’origines bactériennes peuvent aussi intervenir, provoquant des mastites nécessitant un traitement médical.

 

Pathologies cancéreuses du sein

Le carcinome canalaire est le cancer du sein le plus courant. Il touche les canaux mammaires et peut prendre deux formes différentes en fonction de son agressivité (in situ ou infiltrant). Plus rare, le cancer inflammatoire est une forme de cancer du sein qui affecte le système lymphatique.

Le carcinome lobulaire touche les lobules du sein, et peut également adopter une forme in situ ou infiltrante. La maladie de Paget est une autre forme rare de cancer du sein qui se manifeste à travers des symptômes cutanés et une altération de l’aspect du sein. Le sein peut également être atteint de lymphomes diffus, sarcomes des tissus mous, carcinomes adénoïdes kystiques, carcinosarcomes et autres types de tumeurs cancéreuses rares.

(SOURCE : https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Cancer-du-sein/Les-maladies-du-sein )

Le sein reste un organe complexe qui peut être sujet à de nombreuses pathologies propres à chacun de ses éléments anatomiques.

Bien connaître la morphologie de ses seins permet de procéder à un auto examen mensuel efficace, afin de détecter précocement la moindre anomalie et de consulter rapidement un professionnel de santé pour éliminer une cause cancéreuse ou, à l’inverse, traiter au plus tôt le cancer diagnostiqué.