01.88.31.15.93

Secrétariat médical

Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

Suivez-nous
Les types de kystes mammaires

Les différents types de kystes mammaires

4/5 - (56 votes)

Les kystes mammaires sont des cavités emplies de liquide, qui forment des masses de volume variable dans un sein ou les deux.

S’ils peuvent parfois être douloureux, leur inconvénient majeur réside surtout dans leur grand pouvoir anxiogène pour les patientes qui en sont atteintes. De fait, la présence d’une masse au niveau de la poitrine tend naturellement à faire craindre un cancer du sein.

Pourtant, kyste mammaire et cancer du sein sont deux pathologies complètement différentes qui, même si elles peuvent coexister, ne sont pas corrélées.

 

Kyste mammaire, qu’est-ce que c’est ?

Un kyste mammaire, aussi nommé kyste du sein, est une poche hermétique entourée d’une membrane, qui se développe dans une cavité de l’organe du sein.

Il apparaît essentiellement dans la région distale (extrémité) des canaux galactophores, et peut adopter un volume très variable, allant de quelques millimètres de diamètre à plusieurs centimètres. Les kystes mammaires atteignent fréquemment les deux seins et sont volontiers multiples.

Les kystes du sein contiennent essentiellement du liquide. Plus rarement, ils peuvent être emplis d’air, de cellules adipeuses ou d’autres matériaux, parfois exogènes (parasites, corps étrangers…).

Ces masses sont très majoritairement bénignes, et il est exceptionnel de les voir évoluer vers une pathologie cancéreuse. Par ailleurs, les kystes ne favorisent pas la survenue de cancers du sein.

Le développement de kystes mammaires semble corrélé aux variations hormonales survenant naturellement au cours du cycle menstruel.

De fait, la plupart des kystes mammaires apparaissent chez les femmes âgées de 35 à 50 ans et il est extrêmement rare d’en observer la femme ménopausée, exception faite des personnes suivant une hormonothérapie de substitution.

 

Facteurs de risque de kyste au sein

Les variations hormonales qui surviennent au cours de la vie semblent impacter la survenue des kystes au sein.

Ainsi, il est possible d’identifier certains facteurs de risque capable de favoriser leur apparition.

Les kystes au sein sont plus fréquents chez :

  • Les femmes âgées de 35 à 50 ans (et plus particulièrement les femmes en période de périménopause) ;
  • Les patientes sous traitement hormonal substitutif de la ménopause ;
  • Les personnes qui consomment du tabac et de la caféine en excès ;
  • Les femmes ayant eu une grossesse après l’âge de 30 ans ;
  • Les patientes qui n’ont jamais eu d’enfants ;
  • Les femmes qui ont eu des règles précoces.

Lire aussi notre article sur les douleurs aux seins et aux tétons, quand s’inquiéter ?

 

L’autopalpation mammaire pour repérer rapidement un kyste mammaire

L’autopalpation mammaire est un autoexamen réalisable à la maison dont l’objectif majeur est de mieux connaître ses seins pour repérer rapidement toute lésion suspecte au niveau de la poitrine. Idéalement, les femmes peuvent réaliser cet examen mammaire une fois par mois, quelques jours après les règles pour les femmes non ménopausées et à intervalle régulier d’environ un mois pour les femmes ménopausées.

L’autopalpation mammaire est une aide précieuse pour détecter une boule au sein, une masse suspecte ou un aspect modifié de l’apparence du sein.

Elle ne se substitue pas à la consultation médicale, mais constitue un excellent complément au diagnostic précoce des pathologies mammaires, notamment dans le cadre du dépistage du cancer du sein.

Le geste est réalisable très rapidement en quelques étapes simples :

  • En position debout ou assise face à un miroir, réalisez tout d’abord un examen visuel de vos seins. Regardez avec attention votre poitrine dans le miroir pour vérifier l’absence de modifications visuelles comme des tâches, des croûtes, des crevasses, un écoulement inhabituel provenant du mamelon, un gonflement, une asymétrie de plus en plus marquée, des rougeurs…
  • Après avoir observé votre poitrine minutieusement, vous pouvez commencer l’autopalpation. Palpez les seins un par un, sans trop de pression, avec le bras levé. Palpez le sein de l’extérieur vers l’intérieur avec la pulpe des doigts. Palpez également l’aisselle à la recherche de ganglions anormalement volumineux, ainsi que la zone entre le sein et l’aisselle. Enfin, pincez légèrement le mamelon à la recherche d’une rétraction, de douleurs ou d’un écoulement. Répéter le procédé de l’autre côté.

En cas d’anomalie, il est recommandé de prendre rendez-vous avec votre médecin ou gynécologue.

Vidéo explicative sur la pratique de l’auto-palpation

 

 

 

Kyste mammaire ou adénofibrome ?

Les kystes mammaires ne sont pas les seules masses bénignes pouvant se développer au niveau des seins et provoquer de l’anxiété chez les femmes qui en sont atteintes.

Parmi les nodules mammaires fréquemment rencontrés, on trouve également les adénofibromes, des tuméfactions non cancéreuses relativement fréquentes chez les femmes de moins de 35 ans.

Les adénofibromes sont de petites tumeurs bénignes, souvent d’un diamètre allant de 2 cm à 3 cm. D’aspect ferme et lisse, ils sont généralement indolores, mobiles et sensibles aux variations hormonales. Certains adénofibromes peuvent être corrélés à un risque accru de développer un cancer du sein, mais ces masses bénignes n’évoluent pas elles-mêmes en tumeurs cancéreuses.

Il peut être difficile de distinguer un kyste mammaire d’un adénofibrome à la palpation, et des examens médicaux complémentaires (mammographie, scanner, cytoponction, etc.) sont souvent nécessaires pour poser un diagnostic.

En tout état de cause, les pronostics du kyste et de l’adénofibrome sont très proches : ce sont deux masses très majoritairement bénignes, qui ne mettent pas en danger la santé de la patiente.

L’adénofibrome peut se résorber spontanément ou être ôté chirurgicalement, et le kyste peut être ponctionné (vidé de son liquide) pour soulager la douleur qu’il occasionne parfois. Il a toutefois tendance à récidiver.

 

Les changements fibrokystiques du sein

Aussi appelés maladie fibrokystique du sein, bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’une maladie, les changements fibrokystiques du sein sont des phénomènes très courants, qui pourraient concerner près de 1 femme sur 2 à un moment de sa vie.

Ce phénomène survient lorsque des kystes se développent en association avec d’autres changements de l’aspect, la sensibilité et le volume des seins.

Lors de changements fibrokystiques, les seins tendent à devenir douloureux et enflés, et donnent l’impression d’être grumeleux, fibreux et irréguliers à la palpation.

Les origines de ce phénomène ne sont pas encore parfaitement élucidées, mais il est probable que les fluctuations hormonales inhérentes au cycle menstruel soient impliquées. Les changements fibrokystiques du sein ne sont pas associés à un risque de cancer supérieur.

 

Traitement du kyste mammaire

Dans la plupart des cas, les kystes mammaires ne nécessitent aucun traitement et se résorbent d’eux-mêmes. Toutefois, une prise en charge peut être nécessaire en cas de douleurs ou d’inconfort marqué.

Une cytoponction, prélèvement du liquide contenu dans le kyste à l’aide d’une petite aiguille, peut être réalisée pour analyser la composition de la masse et s’assurer de l’absence de malignité, afin de rassurer la patiente.

En fonction du type de kyste décelé et du profil de la patiente, différentes thérapies peuvent ensuite être envisagées.

Le port d’un soutien-gorge adapté offrant un meilleur maintien, la prise d’antidouleurs et certains médicaments hormonaux  (y compris la pilule contraceptive) sont autant de possibilités pouvant être étudiées par votre équipe médicale.

Enfin, face à un kyste particulièrement volumineux et douloureux, une prise en charge chirurgicale pourrait être proposée. Les kystes mammaires peuvent s’avérer très anxiogènes pour les femmes qui en sont atteintes, car ils sont souvent associés – à tort – au cancer du sein, une maladie particulièrement grave.

Heureusement, les kystes mammaires sont tout à fait bénins dans l’immense majorité des

cas, et leur évolution vers une pathologie maligne est anecdotique.

En définitive, s’il est inutile de paniquer outre mesure lorsqu’on décèle une grosseur mammaire lors d’une autopalpation de routine, il demeure nécessaire de consulter rapidement pour écarter toute pathologie cancéreuse. Le dépistage précoce des lésions malignes est, en effet, un axe crucial de la réussite de leur prise en charge.

 

Questions et réponses sur les kystes mammaires

Comment se débarrasser d’un kyste mammaire ?

L’apparition d’une boule au sein doit tout d’abord motiver une consultation médicale pour éliminer une origine cancéreuse. Des examens d’imagerie peuvent être prescrits en cas de doute, comme la mammographie, l’échographie mammaire ou la biopsie mammaire. Puis, lorsque la pathologie bénigne est confirmée, le traitement pour se débarrasser d’un kyste au sein est médical. Des conseils de mode de vie seront donnés (arrêter de fumer ou de boire trop de café, pratiquer une activité physique régulière pour se détendre…). Une ponction des kystes volumineux et douloureux est possible, mais la chirurgie n’est pas recommandée s’il n’y a pas de doute sur une origine cancéreuse, car le kyste peut réapparaître. Enfin, la prise de pilule œstroprogestative n’est pas contre-indiquée et peut même améliorer la symptomatologie. La chirurgie d’exérèse du kyste n’est envisagée qu’en cas de kyste très volumineux, douloureux, gênant ou inesthétique et qui récidive malgré les ponctions.

Comment différencier un kyste d’un cancer du sein ?

La palpation mammaire seule ne suffit pas à différencier un kyste mammaire bénin d’un cancer du sein. Il faut pousser les investigations et rechercher la présence d’autres signes cliniques comme un gonflement, une masse au niveau de l’aisselle, une rougeur, un écoulement… Les examens d’imagerie médicale comme la mammographie ou l’échographie mammaire sont indispensables pour catégoriser la nature d’une masse suspecte dans le sein. Une microbiopsie peut compléter ces examens.

Est-ce qu’un kyste au sein peut disparaître ?

Un kyste mammaire de petite taille peut disparaître spontanément sans nécessiter de traitement. S’il provoque des douleurs ou s’il est assez imposant, peut se discuter la réalisation d’une ponction afin de soulager la symptomatologie. Toutefois, il a tendance à réapparaître.

Un kyste au sein est-il dangereux pour ma santé ?

Le kyste au sein est bénin et ne constitue pas de risque majeur pour la santé, lorsque le diagnostic a été établi et que la pathologie cancéreuse a été écartée.