Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

01.46.39.89.89

contact@ishh.fr

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

cancer du sein chez l'homme

Le cancer du sein chez l’homme

Cancer le plus fréquent chez la femme, le cancer du sein reste rare chez l’homme et représente moins de 1 % des cancers masculins.

Du fait de sa faible fréquence, il est souvent tardivement diagnostiqué, ce qui tend à assombrir le pronostic du patient.

Bien qu’il soit généralement traité comme celui de la femme ménopausée, le cancer du sein masculin présente cependant quelques différences avec son alter ego féminin.

Les différents types de cancers du sein chez l’homme

Généralement, le cancer du sein masculin est un carcinome canalaire, une tumeur qui se développe dans les cellules glandulaires du canal mammaire.

Les carcinomes canalaires peuvent être de deux types : in situ (localisés dans un canal mammaire) ou infiltrants.

Chez l’homme, ils sont très majoritairement infiltrants (dans 85% à 90% des cas), ce qui signifie qu’ils se sont propagés hors du canal mammaire et affectent les tissus voisins, voire même d’autres régions du corps.

L’homme peut aussi développer des cancers canalaires in situ (dans 8% à 11% des cas) ainsi que des cancers lobulaires, tubuleux ou médullaires, mais ceux-ci sont extrêmement rares.

Les campagnes de prévention et de dépistage du cancer du sein ciblant plutôt les femmes, la détection des cancers du sein masculin est généralement tardive, et les lésions cancéreuses sont donc souvent étendues et accompagnées d’un envahissement ganglionnaire.

 

Symptômes du cancer du sein masculin

Dans la majeure partie des cas, le cancer du sein se manifeste chez l’homme par des symptômes aréolaires.
On observe généralement un épaississement cutané, une tuméfaction autour de l’aréole parfois associée à une rétraction cutanée, un écoulement sanglant ou une maladie de Paget.

Une inflammation des ganglions, qui peuvent alors enfler et se montrer douloureux, est aussi symptomatique du cancer du sein masculin.

Lorsque le cancer se trouve à un stade avancé, il arrive également que le diagnostic survienne après que des métastases aient été détectées dans d’autres parties de l’organisme.

 

Facteurs de risque du cancer du sein chez l’homme

Certains facteurs sont connus pour augmenter le risque de développer un cancer du sein chez l’homme.

Les antécédents familiaux sont notamment des facteurs à prendre en compte, chez l’homme comme chez la femme.

 

On retrouve en effet des affections héréditaires particulièrement susceptibles d’accroitre les risques de développer un cancer du sein masculin.

Le trouble de Klinefelter, héréditaire, favorise le risque de voir apparaître un cancer du sein en provoquant une augmentation du taux d’œstrogènes et constitue un facteur génétique important.

La mutation des gènes BRCA1 et BRCA2, également héréditaire, fait également fortement croître les risques de cancer du sein, de manière par ailleurs plus significative chez l’homme que chez la femme.

La cirrhose du foie peut également entraîner des troubles hormonaux, dont une augmentation du taux d’œstrogènes associé à une diminution du taux de progestérone, dérèglement favorisant l’apparition de cancers du sein masculins.

Enfin, l’exposition à des radiations au niveau du thorax, par exemple dans le cadre d’une radiothérapie, est également un facteur de risque à prendre en compte chez l’homme et chez la femme.

D’autres facteurs sont également suspectés d’augmenter le risque de cancer du sein, tels que l’obésité, la consommation d’alcool, la gynécomastie (seins anormalement développés) et certains troubles testiculaires.

(SOURCE : https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Cancer-du-sein/Cancer-du-sein-chez-l-homme )

 

Traitement du cancer du sein chez l’homme

Le traitement d’un cancer du sein masculin dépend du stade d’évolution de la maladie, du type de cancer diagnostiqué et de l’état de santé du patient.

Généralement, le traitement d’un cancer du sein proposé aux hommes est similaire à celui proposé aux femmes ménopausées.

De fait, la mastectomie est le traitement le plus répandu, et consiste en l’ablation de la tumeur cancéreuse et des tissus voisins.

Cette opération chirurgicale peut inclure une ablation des ganglions lymphatiques axillaires, qui sont ensuite analysés afin d’en apprendre davantage sur le stade du cancer et son évolution.

En cas de risque de récidive établi, ou si la maladie se trouve à un stade d’évolution avancé, une chimiothérapie et/ou une radiothérapie peuvent être pratiquées en complément de la chirurgie.

La grande majorité des cancers du sein chez l’homme sont hormonodépendants et répondent donc favorablement à un traitement par hormonothérapie.

Ce protocole de traitement peut être préconisé suite à une mastectomie pour réduire les risques de rechutes, et associé ou non à une chimiothérapie.

Une orchidectomie – ablation chirurgicale des testicules – est également reconnue comme un traitement efficace contre les cancers du sein hormonodépendants.

(SOURCES : https://www.liguecancer.ch/a-propos-du-cancer/les-differents-types-de-cancer/le-cancer-du-sein-chez-lhomme/ )

 

Malgré ses similarités avec le cancer du sein féminin, le cancer du sein chez les hommes peut avoir une issue plus sombre, car il est souvent diagnostiqué plus tardivement.

Le retard de détection et de prise en charge du cancer du sein masculin tend alors à réduire le choix des protocoles de traitements possibles, notamment lorsque le patient présente un âge avancé au moment du diagnostic.

Décelé et traité à temps, le cancer du sein masculin présente cependant les mêmes chances de guérison que chez la femme et répond à des traitements similaires.

(SOURCE : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5903709/ )