Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

Le cancer du sein pendant la grossesse

Le cancer du sein pendant la grossesse

Le cancer du sein est le plus fréquemment diagnostiqué pendant la grossesse, un contexte qui tend à impacter les options thérapeutiques envisageables pour lutter contre la maladie. L’évolution de la science et de la médecine permettent cependant désormais d’envisager des traitements qui offrent un pronostic favorable pour la mère, comme pour l’enfant à naître.

Toutefois, le contexte de gravidité favorise le développement de tumeurs agressives, et l’interruption de la grossesse peut parfois être conseillée pour offrir à la patiente les meilleures chances de guérison.

 

Cancer du sein pendant la grossesse : le diagnostic

Au cours d’une grossesse, le corps de la femme évolue, notamment au niveau des tissus mammaires qui voient leur taille et leur densité augmenter, ce qui complexifie le diagnostic du cancer du sein. Les modifications de la physiologie du sein, habituelles lors d’une grossesse, induisent souvent un diagnostic tardif, alors que le cancer se trouve déjà à un stade avancé de son évolution et a déjà atteint les ganglions lymphatiques.

Les symptômes typiques du cancer (masse au niveau du sein ou de l’aisselle, œdèmes, rougeurs, inconfort, douleurs, saignements…) sont en effet semblables à des pathologies bénignes, communes dans un contexte de grossesse et d’allaitement.

Par ailleurs, la lecture d’une mammographie – examen rarement effectué dans un contexte de gravidité à cause de ses dangers pour l’embryon – ou d’une échographie mammaire est largement complexifiée par la densité des tissus mammaires lors de la grossesse.

 

 

La survie au cancer du sein pendant la grossesse : pronostic

MAMMOGRAPHIE, ECHOGRAPHIE, IRM, SCANNERLes connaissances actuelles en oncologie médicale établissent qu’un cancer du sein survenant durant la grossesse n’est pas, par nature, plus mortel que lorsqu’il se manifeste chez une femme non enceinte.

Si le pronostic d’un cancer du sein pendant une grossesse est plus péjoratif que chez les femmes qui ne sont pas enceintes, cela serait surtout lié au jeune âge des patientes, au diagnostic tardif et aux options thérapeutiques limitées.

En effet, chez les jeunes patientes le phénomène de division cellulaire est plus rapide que chez les femmes plus âgées, ce qui induit une multiplication rapide des cellules saines, comme des cellules cancéreuses, donnant lieu à des cancers plus agressifs. Le diagnostic tardif, lui, implique une détection du cancer alors qu’il a déjà commencé à migrer vers d’autres parties du corps, formant potentiellement des métastases difficiles à localiser et à traiter.

Enfin, le contexte de grossesse réduit les options thérapeutiques, certains traitements pouvant être risqués pour l’embryon.

 

Traitement du cancer du sein pendant la grossesse

Bien que les options thérapeutiques soient limitées lors de la grossesse, certains traitements demeurent possibles. Le protocole de traitement privilégié dépend tant du profil de la patiente que des caractéristiques du cancer. La mastectomie, ablation chirurgicale du sein, est souvent le traitement de première intention et peut intervenir à tous les stades de la grossesse, sans impacter la santé de l’embryon.

Lorsque la tumeur est petite et très localisée, une tumorectomie, chirurgie conservatoire du sein, peut-être envisagée, notamment au deuxième et troisième trimestre, lorsqu’une chimiothérapie adjuvante est possible.

La chimiothérapie est un traitement tératogène, pouvant engendrer des malformations, parfois létales, sur l’embryon. De fait, elle ne peut être dispensée au cours du premier trimestre. Il existe néanmoins désormais des traitements chimiothérapiques permettant de traiter le cancer du sein au cours du deuxième et du troisième trimestre de grossesse, sans danger pour le fœtus.

La radiothérapie est tout à fait exclue du traitement du cancer du sein durant la grossesse, du fait de son caractère hautement tératogène.

Lorsque le cancer évolue lentement et est diagnostiqué vers la fin du deuxième trimestre ou durant le troisième, il est parfois possible d’attendre le terme de la grossesse avant de mettre en œuvre un traitement, ce qui permet de s’affranchir des contraintes liées à la préservation de la santé du fœtus.

 

Cancer du sein et interruption de la grossesse

Il est rare qu’une interruption de grossesse soit conseillée en cas de cancer du sein, le contexte de gravidité n’impactant finalement l’issue de la maladie qu’en retardant le diagnostic et en limitant les options thérapeutiques. L’interruption de la grossesse peut toutefois être envisagée au début du premier trimestre, si la patiente souhaite se concentrer pleinement sur son traitement et son combat contre la maladie.

C’est également une question qui doit se poser lorsque le cancer du sein est particulièrement agressif et nécessite une prise en charge rapide par chimiothérapie, sans attendre d’atteindre le deuxième trimestre à partir duquel ce traitement est compatible avec la grossesse. Enfin, la grossesse peut nécessiter une interruption quand le pronostic vital de la patiente est engagé à court terme, potentiellement avant la naissance de l’enfant.

 

Si, aujourd’hui, les cancers du sein diagnostiqués pendant la gestation demeurent rares, c’est un phénomène qui risque de devenir plus fréquent à l’avenir avec le recul de l’âge de la première grossesse. L’élaboration de protocoles de traitement efficaces et sans danger pour l’embryon ou le fœtus s’affirment donc comme des enjeux majeurs de la recherche dans la lutte contre le cancer.

Le diagnostic tardif étant en grande partie responsable du pronostic péjoratif du cancer du sein pendant la grossesse, il convient également de se monter particulièrement vigilant dès les prémices de la gravidité, afin de détecter précocement tout signe de la maladie.

SOURCES :

https://rubanrose.org/blogue/cancer-du-sein-pendant-et-apres-la-grossesse/ ;

https://www.docteur-eric-sebban.fr/cancer-du-sein/epidemiologie-cancer-sein/grossesse-et-cancer-du-sein/ ;