Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

01.46.39.89.89

contact@ishh.fr

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

Cancer du sein

Les différents types de biopsies mammaires pour confirmer un diagnostic de cancer du sein

60% à 70% des cancers du sein sont hormonodépendants,

Lorsqu’un test de dépistage ou un examen de routine permet de suspecter un cancer du sein, des examens complémentaires sont indispensables pour avérer le diagnostic et préparer le traitement.

En effet, chaque cancer est différent, et une caractérisation minutieuse de la lésion décelée est nécessaire pour permettre à l’équipe médicale d’émettre un pronostic et d’élaborer un protocole de traitement adapté.

Outre l’imagerie médicale, qui permet de localiser le cancer et d’en apprécier les contours et l’étendue, la biopsie est un examen incontournable pour permettre de caractériser des cellules cancéreuses.

 

Qu’est-ce qu’une biopsie mammaire ?

La biopsie est un examen intervenant après qu’une anomalie – suspectée cancéreuse – ait été localisée à l’aide de technologies d’imagerie médicale. Elle consiste en un prélèvement de tissus mammaires situés dans la lésion, qui seront ensuite analysés au microscope afin d’avérer ou d’infirmer le diagnostic.

L’analyse histologique permettra non seulement de caractériser le cancer, mais aussi de définir son stade d’évolution et de savoir s’il est possible qu’il se soit infiltré dans le reste de l’organisme de la patiente. En fonction des informations recueillies, le corps soignant pourra prescrire de nouveaux examens pour rechercher davantage d’informations ou pour guider un éventuel traitement chirurgical ou par radiothérapie.

Biopsie cancer seinDans le cas du cancer du sein, la biopsie cible des lésions situées dans les tissus relativement profonds du sein, elle doit donc être effectuée à travers la peau, à l’aide d’une aiguille.

De fait, on appelle ce type de biopsie des biopsies percutanées, qui permettent d’obtenir une carotte, à savoir un échantillon de tissus qui demeurent retenus dans l’aiguille lorsque celle-ci est extraite du corps. Bien que légèrement abrasive, la biopsie est indolore, car réalisée sous anesthésie locale, et sans séquelles pour la patiente. En fonction du type de lésions décelées, le praticien a le choix entre différentes techniques de biopsies percutanées.

Les trois méthodes les plus répandues sont la cytoponction, la microbiopsie et – plus communément – la macrobiopsie.

 

  1. La cytoponction est la technique la moins abrasive, mais aussi la moins fiable et, de fait, la moins pratiquée.Elle consiste en un prélèvement de quelques cellules suspectes à l’aide d’une aiguille classique, qui permet d’obtenir un échantillon très réduit de tissus.
  2. La microbiopsie s’effectue à l’aide d’un pistolet muni d’une aiguille de calibre moyen à gros, permettant de recueillir davantage de tissus.
  3. La macrobiopsie, de plus en plus pratiquée, car de plus en plus accessible, se fait par aspiration à l’aide d’une aiguille plus grosse, ce qui permet d’obtenir des échantillons de grande qualité et des résultats très fiables.

Dans le cas d’utilisation d’aiguilles de moyens et gros calibre, une incision cutanée d’environ 2 millimètres peut être réalisée pour faciliter le passage de l’aiguille.

La différence majeure entre ces trois méthodes réside dans l’importance de l’échantillon prélevé, qui est minime avec la cytoponction et plus important avec la macrobiopsie.

Plus les cellules prélevées sont nombreuses, plus l’échantillon est riche en information et les résultats fiables.

(SOURCE : https://curie.fr/dossier-pedagogique/cancer-du-sein-la-biopsie-pour-confirmer-le-diagnostic )

 

La biopsie mammaire échoguidée et stéréotaxique

Pour parvenir à effectuer un prélèvement local au niveau de la lésion détectée, le praticien utilise l’imagerie médicale qui lui permet de guider ses gestes.

On distingue deux méthodes de guidage par imagerie médicale : la biopsie échoguidée, qui utilise la technologie de l’échographie, et la biopsie stéréotaxique, qui utilise la mammographie.

 

La biopsie échoguidée dans le diagnostic du cancer du sein

La biopsie échoguidée est privilégiée lorsque la lésion se voit bien à l’échographie, auquel cas il s’agit souvent de kystes ou de nodules, diagnostic que seule l’analyse des tissus prélevés pourra avérer.

Rapide à mettre en œuvre, peu coûteuse et peu abrasive, la biopsie échoguidée présente de nombreux avantages pour la patiente et permet d’obtenir des résultats fiables.

Elle se déroule en ambulatoire (sans hospitalisation) et dure 30 à 40 minutes selon le praticien et le type de lésion. La patiente se positionne sur le dos sur la table d’opération, et le praticien réalise une échographie (indolore) afin de localiser la lésion suspecte. À l’aide l’image ainsi obtenue, il dirige son geste en observant en temps réel la progression de l’aiguille dans le sein de la patiente, jusqu’à l’anomalie ciblée.

Une fois les cellules prélevées, l’aiguille est retirée et les tissus sont transmis à un laboratoire d’analyse qui caractérisera la lésion et déterminera sa potentielle malignité.

(SOURCE : https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Cancer-du-sein/Diagnostic/Biopsie-echoguidee )

 

La biopsie stéréotaxique dans le diagnostic du cancer du sein

La biopsie stéréotaxique est pratiquée quand une anomalie est visible à l’aide d’une mammographie. Elle présente les mêmes avantages qu’une biopsie échoguidée, quoique plus coûteuse et un peu plus complexe à mettre en œuvre.

Elle se déroule, elle aussi, en ambulatoire, mais la patiente se positionne sur le ventre, le sein placé dans une ouverture qui permet au praticien de réaliser l’examen. Comme dans le cas de la biopsie échoguidée, l’image acquise lors de l’examen permet au praticien de guider l’aiguillier vers la lésion et de prélever des échantillons ciblés.

Une anesthésie locale est pratiquée pour éviter toute douleur, mais la compression du sein nécessaire pour effectuer toute radiographie peut être désagréable.

(SOURCE : https://www.centreleonberard.fr/sites/default/files/2018-08/sein_biopsiesterotaxique_sor.pdf )

 

Les biopsies échoguidées et stéréotaxiques ne nécessitent aucune préparation particulière, et ne provoquent pas de séquelles ou complications, à part une éventuellement ecchymose, un hématome, ou dans de très rares cas, une infection. Il est à noter que le calibre de l’aiguille y est pour beaucoup dans l’apparition d’éventuelles séquelles pouvant survenir des suites d’une biopsie échoguidée ou stéréotaxique. Ainsi, une macrobiopsie sera toujours plus abrasive qu’une microbiopsie ou qu’une cytoponction, quel que soit le système de guidage privilégié.

Ci après une vidéo présentant les trois méthodes de biopsie mammaire les plus répandues:

Indolore, rapide et peu coûteuse, la biopsie est un examen indispensable pour déceler la présence de cellules cancéreuses et mettre en œuvre un traitement adapté.

Bien que cette intervention mineure ne présente que peu de risques, il demeure important de bien surveiller le point d’entrée de l’aiguille pendant les quelques jours suivant l’examen.

Un gonflement, une rougeur ou une sensation de brûlure pourraient traduire l’apparition d’une infection, une complication rare et sans gravité, mais qui nécessite cependant d’être prise en charge.