01.88.31.15.93

Secrétariat médical

Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

48 ter Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

Suivez-nous
BIOPSIE DE L’ENDOMÈTRE

La biopsie de l’endomètre : modalités et intérêts

4.2/5 - (5 votes)

La biopsie de l’endomètre est un examen médical couramment pratiqué pour diagnostiquer le cancer de l’utérus, le deuxième cancer féminin le plus répandu. La précocité et la fiabilité du diagnostic d’un cancer de l’endomètre font partie des facteurs cruciaux d’une prise en charge efficace, offrant le meilleur pronostic possible.

Dans ce cadre, la biopsie de l’endomètre adopte un rôle central. C’est un geste médical simple et peu abrasif, qui peut être pratiqué aisément et sans anesthésie dès qu’une anomalie utérine est suspectée.

 

La biopsie de l’endomètre, qu’est-ce que c’est ?

La biopsie de l’endomètre est un examen de diagnostic consistant à prélever un fragment de tissus de l’endomètre, paroi interne de l’utérus, pour analyser les cellules qui le composent en laboratoire, au microscope.

L’étude en laboratoire de ces cellules, appelé examen anatomopathologique, permet, entre autres, de déterminer leur potentiel malin et, ainsi, de mettre en lumière une lésion cancéreuse.

C’est aussi au cours de cet examen que l’on va déterminer – le cas échéant – le type de cancer en cause, son degré d’agressivité, son stade d’évolution, sa potentielle réponse aux traitements envisagés et le pronostic de la patiente.

Ainsi, la biopsie de l’endomètre s’affirme comme un examen de diagnostic fondamental, sur lequel va reposer l’élaboration du protocole de traitement le mieux adapté.

LA BIOPSIE DE L’ENDOMÈTRE

Intérêts de la biopsie de l’endomètre dans la prise en charge du cancer de l’utérus

La biopsie de l’endomètre est couramment pratiquée chez les femmes ménopausées présentant des symptômes laissant envisager une pathologie utérine cancéreuse. Après la ménopause, alors que l’utérus n’est plus soumis aux fluctuations hormonales (notamment à l’origine des menstruations), la présence de saignements est typiquement anormale. Si la cause n’est pas systématiquement cancéreuse, il est essentiel d’en avoir la certitude au plus tôt.

 

Pour cause, le cancer de l’utérus est une pathologie évolutive, qui tend à s’aggraver – plus ou moins rapidement en fonction de la nature du cancer de son agressivité – avec le temps. Plus le cancer se développe, s’étendant aux tissus et organes voisins, plus il devient difficile à traiter et plus le pronostic de la patiente devient délicat.

À l’inverse, lorsqu’il est détecté précocement, le cancer de l’endomètre fait partie des pathologies cancéreuses qui se soignent plutôt bien, car il offre une marge de manœuvre conséquente aux traitements chirurgicaux, les plus efficaces contre la plupart des tumeurs cancéreuses locales.

De fait, ce n’est pas un organe vital, et les femmes ménopausées n’en ont plus l’usage – le fonctionnement de l’utérus étant conditionné par la libération d’ovocytes, qui s’arrête avec la ménopause.

Il est donc possible de procéder à une chirurgie pour retirer complètement l’utérus (hystérectomie), ainsi que les organes reproducteurs alentour (ovaires et trompes de Fallope), sans altérer la qualité de vie des patientes.

Ce type d’intervention chirurgicale radicale permet de réduire significativement les risques de récidive et d’envisager une guérison durable, voire définitive.

 

 

Modalités de la biopsie de l’endomètre

La biopsie de l’endomètre est un examen indiqué lorsque l’on soupçonne la présence de lésions utérines précancéreuses ou cancéreuses. C’est typiquement le cas des saignements vaginaux et pertes vaginales anormales après la ménopause, ou à la suite d’un résultat anormal après un test PAP.

Des facteurs de risque propres à chaque patiente (antécédents de cancer du sein, antécédents familiaux, hormonothérapie, etc.) peuvent également impliquer un protocole de surveillance du cancer de l’endomètre personnalisé pouvant intégrer une biopsie de l’endomètre.

La biopsie de l’endomètre est une procédure médicale simple, qui ne demande pas d’anesthésie générale ni d’hospitalisation. Les zones suspectes de l’endomètre sont prélevées à l’aide d’un tube fin et souple que l’on fait passer à travers le col de l’utérus pour aspirer un morceau de tissus.

Bien qu’elle soit mineure, cette intervention peut provoquer des douleurs transitoires – habituellement modérées – et causer des saignements passagers.

 

 

Résultats de la biopsie de l’endomètre

La présence d’une anomalie de l’endomètre n’est pas nécessairement synonyme de cancer. Typiquement, les diagnostics possibles d’une biopsie se divisent en trois catégories : l’hyperplasie bénigne de l’utérus, la lésion précancéreuse et la tumeur cancéreuse.

1 ) Les hyperplasies bénignes surviennent généralement à la suite de déséquilibres hormonaux relativement fréquents à la ménopause. Ils ne sont pas nécessairement traités lorsqu’ils ne provoquent pas de gênes.

2) Les lésions précancéreuses sont des hyperplasies qui présentent des cellules atypiques, susceptibles de générer un cancer. Pour éviter tout risque de voir survenir une pathologie cancéreuse, ces lésions sont habituellement traitées chirurgicalement.

3) La tumeur maligne de l’endomètre est le cancer de l’utérus le plus fréquent. Son protocole de prise en charge est toujours élaboré au cas par cas, en fonction de sa nature et du profil des patientes.

La biopsie de l’endomètre joue un rôle important dans la prise en charge du cancer de l’utérus en permettant de poser un diagnostic précis et fiable.

Lorsqu’elle révèle un cancer de l’endomètre, un bilan d’extension comprenant d’autres examens, notamment d’imagerie médicale, vient compléter le diagnostic du cancer de l’utérus  pour élaborer un protocole de traitement adapté.