01.88.31.15.93

Secrétariat médical

Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

48 ter Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

Suivez-nous
baisse globule rouge cancer

Anémie et cancer : le manque de globules rouges chez le patient cancéreux

4/5 - (3 votes)

Il est fréquent que les patients atteints d’un cancer souffrent d’anémie. Cette baisse des globules rouges provoquant une sensation de fatigue chronique peut être due au cancer lui-même comme aux effets secondaires des traitements. Elle est un facteur majeur d’altération de la qualité de vie. Il est cependant possible de la prévenir et de la traiter grâce à une alimentation saine et une bonne hygiène de vie, ainsi qu’à l’aide des différentes options thérapeutiques qui s’offrent au patient.

 

Quel cancer provoque une anémie ?

 

Parmi les cancers qui provoquent une anémie on compte les cancers du sang, dits cancers hématologiques, tels que la leucémie, le lymphome et le myélome multiple. ou les cancers gynécologiques tels que le cancer de l’utérus ou le cancer des ovaires.
La baisse du taux de globules rouges dans le sang peut également être l’un des symptômes du cancer du foie ou du cancer de la moelle osseuse.

 

 Cancer et anémie : pourquoi manque-t-on de globules rouges dans le cadre de la maladie ?

anemie baisse globule rouge

Si les patients atteints de cancer sont à risque de souffrir d’anémie à cause du cancer lui-même, ils peuvent aussi l’être à cause des traitements suivis pour combattre la maladie. En effet, les radiothérapies ou chimiothérapies peuvent altérer la production ou la libération d’une hormone qui, secrétée par les reins, envoie à la moelle osseuse le signal de produire des globules rouges. Les traitements peuvent ainsi conduire à la baisse du taux de globules rouges dans le sang, et donc d’hémoglobine, la composante des globules rouges qui transporte l’oxygène et les nutriments des poumons aux organes et aux tissus. Lorsque le taux d’hémoglobine est trop bas, ces derniers ne reçoivent pas assez d’oxygène pour fonctionner. C’est ce qui cause cette impression de fatigue intense que le repos et le sommeil ne soulagent pas. Si le patient est trop anémié, l’équipe soignante peut décider de décaler les séances de chimiothérapie ou de radiothérapie.

Par ailleurs, les nausées, les vomissements et la perte d’appétit provoqués par les traitements subis peuvent affecter la manière dont le patient s’alimentera, or une bonne alimentation conditionne la production des globules rouges. Si des carences apparaissent en fer (dont est principalement composée l’hémoglobine), en acide folique et en vitamine B12, le risque de voir apparaitre l’anémie est important. Il faut également préciser que le cancer peut être un obstacle à la bonne absorption de ces nutriments par l’organisme.

Enfin, l’anémie peut aussi être la conséquence de saignements importants survenus lors d’une intervention chirurgicale.

 

Manque de globules rouges et cancer : Qu’est-ce que l’anémie inflammatoire ?

 

 On parle d’anémie inflammatoire quand la baisse du taux d’hémoglobine est due à un état inflammatoire qui peut être provoqué par un cancer (mais aussi par une maladie rhumatismale ou par une infection). L’anémie inflammatoire apparaît lorsque la production de globules rouges est trop faible. Si elle est répandue chez les patients souffrant de cancer, elle reste assez méconnue. Cause d’une fatigue importante, elle est par ailleurs associée à une faible réactivité de la tumeur aux traitements.

 

 

Quels sont les symptômes de l’anémie et comment la diagnostiquer ?

symptome anemie

Les symptômes de l’anémie, légers au début, s’aggravent à mesure que le taux de globules rouges chute. Parmi les symptômes de l’anémie, on compte les suivants :

 

  • Une sensation de fatigue persistante ;
  • Des vertiges ;
  • Des troubles de la concentration ;
  • Un essoufflement à l’effort ainsi qu’au repos ;
  • Des maux de tête ;
  • Une accélération du trouble cardiaque ;
  • Une sensation de faiblesse diffuse ;
  • Une difficulté à se souvenir et à accomplir ses activités habituelles ;
  • Une pâleur au niveau des paupières inférieures, des ongles et des lèvres.

 

Afin de confirmer le diagnostic, il est nécessaire d’effectuer une prise de sang. Selon le genre et l’âge du patient, le taux idéal d’hémoglobine ne sera pas le même. On parle d’anémie lorsque le taux d’hémoglobine est inférieur à 13 grammes par décilitre chez l’homme et à 12 grammes par décilitre chez la femme.

 

 

Que faire pour prévenir ou soigner l’anémie ?

 

L’anémie peut avoir des conséquences sur le moral et la qualité de vie, c’est pourquoi il est important qu’elle soit prise en charge. Prévenir ou guérir l’anémie passe dans un premier temps par l’alimentation. Si les traitements altèrent votre appétit, une solution peut consister à fractionner vos repas en ingérant de petites quantités tout au long de la journée, que vous garderez toujours à portée de main. Les aliments à privilégier pour rétablir votre taux de globules rouges sont les aliments riches en fer, tels que les œufs, le poisson, la viande et les céréales complètes. Les aliments riches en acide folique tels que le saumon, la levure de bière ou encore les pois cassés vous seront également bénéfiques. Enfin, veillez à consommer suffisamment d’aliments riches en vitamine B12 comme le fromage, les légumes secs ou les épinards.

L’activité physique sera elle aussi d’une grande aide contre l’anémie : d’une part parce que, pratiquée avant les repas, elle stimulera votre appétit s’il est mis à mal, et d’autre part parce qu’elle permettra d’entretenir votre masse musculaire.

Votre médecin peut également vous prescrire un traitement. Il peut vous supplémenter en fer, ou vous proposer un traitement qui stimule la production de globules rouges. Ces médicaments sont des agents stimulants l’érythropoièse (ASE).

Enfin, dans le cas où l’anémie est considérée comme sévère, une transfusion sanguine sera envisagée. L’intérêt d’une transfusion est que son effet est immédiat et qu’elle permet d’augmenter rapidement le taux d’hémoglobine dans le sang. Les transfusions ont lieu en milieu hospitalier. Leur durée dépend du type de transfusion, du poids du patient et du volume du produit transfusé.

 

L’anémie est une cause majeure d’altération de la qualité de vie du patient, elle est aussi une cause de résistance aux traitements anti-cancéreux. Ainsi, il est nécessaire de la traiter au mieux, dès que le diagnostic est posé. N’hésitez pas à avertir votre équipe soignante en cas de sensation de fatigue diffuse, afin que les examens sanguins et un traitement adapté vous soient prescrits, ce qui permettra de ne pas laisser s’installer l’anémie et de limiter les conséquences néfastes qu’elle peut occasionner sur votre qualité de vie.

 

Comme précisé précédemment, le risque de récidive du cancer à la suite d’une hystérectomie, qu’elle soit partielle, totale ou totale avec salpingo-ovariectomie est faible, des études récentes le prouvent. Pour autant, à la suite d’une hystérectomie, il est nécessaire de prévoir des examens réguliers. Dans le cas d’une suspicion de cancer, votre médecin vous prescrira des tests à effectuer tels qu’un examen pelvien, des prises de sang ou des radios. Cela permettra de contrôler l’éventualité d’une récidive et d’écarter l’apparition d’autres maladies.

 

De façon générale, si vous présentez des symptômes inhabituels ou persistants, avertissez-en votre médecin. Les préconisations de l’American Cancer Society suggèrent de consulter votre équipe soignante si vous présentez des symptômes associés aux cancers gynécologiques plus de douze fois par mois. Le traitement du cancer de l’ovaire ou du péritoine est vital et doit être mis en place le plus tôt possible.