Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

01.46.39.89.89

contact@ishh.fr

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

Cancer du sein : le retour au travail

Comment faciliter le retour à l’emploi après un cancer du sein

Environ 1 femme sur 5 ne retourne pas au travail après un cancer du sein, et reprendre une vie normale après une longue maladie est vécu par certaines patientes comme une véritable épreuve. Si certaines femmes appréhendent le retour à leur vie professionnelle et sociale, d’autres négligent les difficultés que peuvent engendrer les séquelles laissées par leur traitement et se retrouvent brutalement démunies au moment de se réinsérer dans le monde professionnel.

Fatigue, angoisse, rapport aux autres modifié… Pour que le retour au travail se passe au mieux, il est essentiel d’anticiper les obstacles qui risquent de se présenter et de bien se préparer à les affronter le moment venu.

 

Les obstacles à la réinsertion professionnelle après un cancer du sein

Bon nombre de femmes choisissent de ne pas retourner au travail après leur bataille contre le cancer du sein, et optent pour une retraite anticipée ou un congé longue durée. Pourtant, la reprise du travail – quand elle est possible dans de bonnes conditions – présente de multiples avantages pour la patiente. Une activité professionnelle est un excellent vecteur de relations sociales, qui permet d’être entouré et de retrouver un cadre de vie rassurant, familier.

Le travail est aussi une activité qui aide à se changer les idées, pour éviter aux patientes de penser sans cesse au cancer et aux risques de récidives, un phénomène malheureusement récurrent.  En balance avec ces avantages, les femmes doivent aussi faire face à nombre d’inconvénients physiquement et moralement éprouvants.

Détresse, angoisse, fatigue morale et physique… Les effets secondaires du traitement contre le cancer du sein peuvent décourager la patiente à reprendre le cours de sa vie, mais aussi la pousser à s’isoler et à perdre le contact avec son entourage. Les effets du traitement ne sont pas les seuls éléments risquant de décourager la patiente. Après une longue maladie, le regard et l’attitude des proches peuvent aussi changer, perturber les relations et la communication et instaurer une ambiance pesante, anxiogène.

De fait, les collègues de travail de la patiente peuvent avoir tendance à la surprotéger ou, au contraire, à négliger ses difficultés, voire à dénigrer son travail, parfois moins efficace qu’avant. Après avoir subi un lourd traitement, la patiente peut elle-même se sentir diminuée, fatiguée, honteuse, tant à cause de sa faiblesse générale que de son apparence physique, souvent très marquée par la maladie.

Sa perception d’elle-même peut interférer dans ses relations sociales et professionnelles, compliquant sa réinsertion. La patiente peut être tentée de masquer ses difficultés de peur d’être mise sur la touche, ou, au contraire, se dévaloriser plus que de raison. Enfin, dans certains cas, reprendre le travail est tout simplement impossible, notamment lorsque les séquelles du traitement sont trop importantes ou que le travail en question s’avère physique ou pénible.

La dépression, courante chez les patientes atteintes de cancer du sein, est aussi un facteur non négligeable de non-reprise du travail qui apporte son lot de troubles psychologiques et physiques. La nature du cancer, son stade d’évolution, le type de traitement suivit et la chirurgie réalisée sont autant d’autres éléments qui peuvent impacter la reprise du travail.

(SOURCE : https://curie.fr/dossier-pedagogique/apres-un-cancer-le-retour-au-travail-une-etape-negocier )

 

Préparer le retour au travail après la rémission d’un cancer du sein

Retour au travail post-cancer du seinPour que le retour au travail se passe au mieux, il est conseillé d’anticiper les difficultés qui peuvent se présenter et de se préparer à y faire face, avec ou sans l’aide d’un professionnel de santé. Toute femme doit en effet savoir qu’elle peut bénéficier de soins de support pendant et après le traitement de son cancer du sein, soins qui comprennent un soutien psychologique aux bénéfices non négligeables.

Tout d’abord, il est important, lorsque c’est possible, de garder un lien avec son travail durant la phase de traitement, afin de rester informée des éventuels changements pouvant survenir durant votre absence. Dans le même ordre d’idée, il est important de prévoir un retour graduel, avec un des horaires légers au début, avant de reprendre un temps plein. Au-delà des horaires allégés, il peut s’agir de déléguer les missions les plus stressantes ou de reprendre le travail avec moins de responsabilités avant d’être tout à fait remise.

Bien que cela soit parfois difficile, il est important pour la patiente de prendre conscience de ses faiblesses pour adapter son activité à ses nouvelles limites. Une ambition démesurée ne sera pas un challenge vivifiant, mais risque au contraire d’épuiser rapidement un organisme affaibli et de compromettre la guérison. Négocier des horaires flexibles, demander à travailler depuis son domicile, afin d’éviter de se fatiguer dans les transports et évoluer dans un environnement confortable, sont aussi des options à prendre en compte.

Enfin, n’hésitez pas à vous arrêter si la reprise du travail vous épuise ou si vous sentez que vous avez besoin de repos. Prenez le temps de bien manger, de dormir, de faire des pauses et de pratiquer un peu d’exercice physique sur les recommandations du médecin. Certaines patientes appréhendent le moment de retourner au travail après une longue période de maladie et peuvent rencontrer des difficultés à s’y préparer correctement.

Il est important, dans ces conditions, de garder en tête qu’il est toujours possible de se tourner vers des soins de support, indissociables de la prise en charge du cancer du sein.  Loin de se cantonner à des soins psychologiques, les soins de supports proposés dans le cadre de la prise en charge de cancers du sein couvrent des plans très variés et permettent aux patientes de bénéficier tant de conseils juridiques que d’une assistance sociale, de conseils onco-esthétiques, de consultations diététiques…

(SOURCE : https://fqc.qc.ca/fr/information/apres-cancer/retour-au-travail )