Lundi au Vendredi de 8h à 20h

Fermé Samedi et Dimanche

26 Boulevard Victor Hugo

92200 Neuilly-sur-Seine

Suivez-nous
Douleurs mammaires faut-il s'inquiéter?

Douleurs mammaires et seins douloureux, quand s’inquiéter ?

Les douleurs mammaires sont des phénomènes fréquents, qui laissent parfois redouter un cancer du sein et peuvent, par conséquent, s’avérer très anxiogènes.

Pourtant, ces douleurs sont rarement synonymes de maladies graves. Leur origine est plus volontiers hormonale, voire nerveuse ou veineuse.

Bien que des seins douloureux ne soient pas inquiétants outre mesure, il demeure important d’encourager les femmes à procéder à des examens de dépistage régulièrement pour déceler toute anomalie au plus tôt.

 

Les différentes douleurs mammaires

Les douleurs mammaires, ou mastodynies, sont des phénomènes courants qui n’ont, dans la majorité des cas, rien d’alarmant.

De nombreuses causes, essentiellement bénignes, peuvent en être à l’origine. De manière générale, on estime que le cancer du sein n’en fait pas partie.

Les douleurs mammaires hormonales

La cause la plus fréquente de douleurs mammaire est hormonale. Typiquement, les douleurs hormonales sont très reconnaissables : les seins sont tendus, lourds, gonflés et, parfois, très sensibles au toucher.

Ces douleurs peuvent être liées au cycle menstruel, à une contraception hormonale mal adaptée, ou encore à un début de grossesse.

Lorsque les douleurs sont liées au cycle menstruel, elles surviennent typiquement après l’ovulation et disparaissent à l’approche des règles. Elles traduisent alors un déséquilibre entre les œstrogènes et la progestérone, qui demande parfois à être traité.

Une production excessive de prolactine, hormone qui favorise les montées de lait, peut aussi être en cause. Ce type de trouble hormonal peut survenir chez toutes les femmes, y compris en dehors des périodes de grossesse et/ou d’allaitement.

Seins douloureux et douleurs intercostales

Les douleurs intercostales provoquent un inconfort et des angoisses parfois très intenses. Pour cause, ces douleurs profondes, permanentes, qui irradient souvent – mais pas systématiquement – dans le sein gauche, peuvent faire penser à un arrêt cardiaque autant qu’à un cancer du sein.

Heureusement, les douleurs intercostales n’ont aucun rapport avec les seins ni le cœur. Elles proviennent de la colonne vertébrale où des nerfs se trouvent pincés ou compressés, typiquement après un faux mouvement ou à cause d’une mauvaise posture prolongée – par exemple, au travail.

Il en résulte une douleur qui peut provoquer une sensation de brûlure et/ou de coup de poignard, plus ou moins intense, qui irradie dans la poitrine et peut être parfois très localisée ou, à l’inverse, très diffuse.

Bien qu’elle soit pénible, la douleur intercostale est sans danger. Il est toutefois conseillé de consulter lorsqu’elle devient gênante, des traitements médicamenteux et/ou séances de kinésithérapie pouvant être nécessaires pour les traiter.

Douleurs mammaires, grossesse et allaitement

Les douleurs mammaires sont fréquentes lors du premier trimestre de grossesse. Durant cette période, l’organe mammaire se transforme pour préparer la lactation, et toutes ces modifications peuvent engendrer un inconfort plus ou moins prononcé.

Il en va de même au court de la lactation. Un certain inconfort peut être normal, mais il demeure important de rester vigilant à toute douleur vive lors de l’allaitement.

De fait, l’allaitement est un contexte relativement propice aux abcès et inflammations parfois sévères. Une douleur vive, pulsatile, accompagnée ou non d’écoulements, de fièvre et/ou d’une modification de l’aspect du sein (rouge, chaud, gonflé, etc.) doit vous pousser à consulter en urgence.

Douleurs mammaires et ménopause

Il n’est pas inhabituel de ressentir des douleurs mammaires durant la période de pré ménopause, celle-ci étant marquée par nombre de changements hormonaux pouvant occasionner des déséquilibres.

Habituellement, ces douleurs disparaissent spontanément dès que la ménopause est installée. Toutefois, il peut être nécessaire de consulter lorsque ces douleurs provoquent un inconfort prononcé pour améliorer la qualité de vie des femmes durant cette période de transition.

Seins douloureux et kystes mammaires

Sentir une masse au niveau d’un sein douloureux peut être très anxiogène. Toutefois, la plupart des nodules mammaires, et a fortiori des nodules douloureux, sont de simples kystes non cancéreux.

Les kystes mammaires, plus fréquents que les cancers du sein, sont des poches emplies de liquide qui se développent dans différents tissus de l’organe mammaire.

À l’inverse des tumeurs cancéreuses, les kystes bénins sont volontiers douloureux, notamment lorsqu’ils deviennent volumineux et engendrent des tensions.

Une consultation médicale s’impose pour s’assurer de l’absence de malignité du nodule et, lorsque c’est indiqué, ponctionner le liquide du kyste, ce qui soulage immédiatement la douleur.

 

Douleurs mammaires et cancer du sein

Si les douleurs mammaires sont aussi anxiogènes pour les femmes, c’est parce que toute anomalie au niveau de la poitrine tend à être associée au cancer du sein, une pathologie grave, qui concerne environ 1 femme sur 8 en France et demeure la première cause de mortalité par cancer chez les femmes.

À l’heure actuelle, le dépistage et la surveillance sont des armes thérapeutiques essentielles dans la lutte contre cette maladie.

L’action préventive vise à obtenir une prise en charge toujours plus précoce de la maladie, ce qui offre un meilleur pronostic, avec un taux de survie à 5 ans de plus de 80% aujourd’hui.

En conséquence, il reste recommandé de consulter en cas de douleur (ou de toute anomalie) mammaire, bien que ce phénomène ne soit a priori pas symptomatique du cancer du sein.

Dans son stade précoce, le cancer du sein est généralement asymptomatique. Il est alors souvent détecté au cours d’un examen de dépistage préventif, et non à cause de signes cliniques.

Lorsqu’il évolue, le cancer du sein peut former une masse détectable à la palpation, dure, irrégulière, fixe et non douloureuse.

Les ganglions de l’aisselle et/ou de la clavicule peuvent réagir, devenant enflés et douloureux. L’aspect du sein et du mamelon peut également se modifier : le mamelon peut se rétracter, la teinte et l’épaisseur de la peau changent et la forme, la texture et le volume du sein évoluent.

La douleur mammaire ne fait pas partie du tableau clinique habituel et ne devrait pas inquiéter les patientes outre mesure. Toutefois, tout changement dans l’aspect du sein et les sensations mammaires mérite une consultation préventive pour s’assurer de l’absence de lésion maligne.

 

Les douleurs mammaires sont souvent anxiogènes, mais demeurent rarement liées à une pathologie cancéreuse. Toutefois, il est important de ne pas négliger la santé de ses seins et de surveiller la survenue de tout changement.

Aussi, si les douleurs mammaires ne méritent pas de vous donner des sueurs froides, il demeure conseillé de consulter pour s’assurer que la cause de ces troubles est normale (cycle menstruel, grossesse, etc.) ou bénigne (kystes, douleurs intercostales, etc.).

En l’absence de douleurs ou de toute autre anomalie, il est recommandé de procéder à un autoexamen des seins une fois par mois et à des mammographies de dépistage tous les 2 ans à partir de 35 ans.

Les femmes prédisposées au cancer du sein devraient se rapprocher de leur médecin traitant et/ou gynécologue pour bénéficier d’un protocole de surveillance adapté à leur profil.

 

(SOURCE : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0755498219304105 ; https://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/breast/breast-cancer/non-cancerous-conditions/breast-pain-mastalgia/?region=qc ; https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Cancer-du-sein/Les-maladies-du-sein/Kyste )